Inégalités : un rapport pointe la face noire du marché du travail

La deuxième édition du rapport de l’association indépendante souligne toujours l’écart entre « les paroles et les actes »qui nourrit le sentiment d’injustice. Le tableau brossé « ne pousse pas à l’optimisme », selon ses auteurs qui constatent, statistiques à l’appui, que les plus pauvres continuent de s’apauvrir, que les classes moyennes continuent de stagner ou que l’école – sans être la championne du monde des inégalités – continuent de pêcher entre ses objectifs véhiculés et les « privilèges » dont jouissent les plus diplômés.

Et pourtant, s’il n’a rien de « providence », le modèle social français « n’est pas à l’agonie. Notre pays demeure l’un de ceux où il fait le meilleur vivre », souligne le rapport.

‪Inégalités : un rapport pointe la face noire du marché du travail https://www.lesechos.fr/economie-france/social/030358558312-inegalites-un-rapport-pointe-la-face-noire-du-marche-du-travail-2090532.php‬

Le 15e baromètre de la finance solidaire Finansol-La Croix

En 2016, les produits d’épargne à vocation sociale et environnementale ont collecté près de 10 milliards d’euros.
Les petits ruisseaux font les grandes rivières. L’argent que les ménages mettent de côté année après année avec le souci de soutenir des projets à forte utilité sociale ou environnementale a fini par constituer une cagnotte de près de 10 milliards d’euros. Grâce à 1,3 milliard collecté en 2016, l’encours d’épargne solidaire atteignait précisément 9,76 milliards d’euros au 31 décembre selon le quinzième baromètre Finansol-La Croix publié lundi 22 mai.
* Finance solidaire : un écosystème vertueux en plein essor, souvent ignoré
* Des propositions pour favoriser l’envol de la finance solidaire
Ces fonds – dont tout au partie sont investis dans des projets solidaires – ont financé, à hauteur de 280 millions d’euros en 2016, des associations luttant contre l’exclusion, la dépendance ou pour le recyclage.

http://www.la-croix.com/Economie/Economie-solidaire/Le-15e-barometre-finance-solidaire-Finansol-Croix-2017-05-19-1200848541?id_folder=1200848541&position=2

La course aux obligations vertes n’est pas indemne de green-washing

 

La France lance le 3 janvier sa première obligation verte, après la Pologne en décembre. L’absence de standard international pose question à la Commission européenne.

La France annoncera mardi 3 janvier le cadre de la première obligation verte de l’État français. « À la différence des autres obligations émises par l’AFT, ce « green bond » à la française engage l’État à un travail d’identification des dépenses en faveur de la transition énergétique et écologique, et à un reporting des dépenses et investissements qui seront ainsi financés » précise le ministère de l’Ecologie.
Un marché balbutiant
Selon une étude publiée en novembre par la Commission européenne, le marché des obligations vertes devrait représenter un marché total de 41 milliards de dollars en 2015, mais pourrait doubler en 2016. Pour l’instant, l’essentiel du marché est poussé par les organisations internationales comme les banques de développement type banque mondiale, banque européenne de développement etc, les entreprises, les banques mais aussi les collectivités locales.

http://ec.europa.eu/environment/enveco/pdf/potential-green-bond.pdf