La Banque de France va introduire la RSE dans sa cotation des entreprises

La Banque de France va introduire la RSE dans sa cotation des entreprises
La Banque de France va inclure la responsabilité sociale des entreprises dans l’évaluation des 250 000 entreprises sur lesquels elle publie un avis. Le site spécialisé MR22, destiné aux « managers responsables » salue cette décision.
La Banque de France vient d’annoncer qu’elle allait inclure la RSE dans les critères pris en compte dans la cotation des entreprises. La prestigieuse institution, dont l’avis d’expert fait référence, montre ainsi l’importance de prendre en compte l’engagement responsable des sociétés pour donner une autre valeur aux cotations.

http://www.rse-magazine.com/La-Banque-de-France-va-introduire-la-RSE-dans-sa-cotation-des-entreprises_a1669.html?platform=hootsuite

Transformation digitale

Transformation digitale: 7 erreurs systématiquement commises lorsqu’un projet échoue

 

Ce sont tous les chantiers IT, qu’ils se développent dans la sphère publique ou dans le monde de l’entreprise, qui rencontrent de profondes difficultés.

Au moment où ils sont lancés, un tiers d’entre eux est voué à l’échec. L’analyse de ces échecs révèle qu’ils obéissent à des ressorts et à des scénarios étrangement similaires, qui relèvent d’une prise de décision défaillante et d’une appréhension erronée de la conduite du changement en ère de rupture.
http://www.frenchweb.fr/transformation-digitale-7-erreurs-systematiquement-commises-lorsque-un-projet-echoue/240821#hX8mxTxV0fPEO2oD.99

Innovation vs maintenance

 

L’innovation se fait-elle au détriment de « la maintenance » ?

“changer notre approche de la vulnérabilité du monde matériel, non plus comme quelque chose que l’on doit éviter, rejeter ou réparer, mais comme quelque chose que nous devons penser de manière responsable”.

Oui. Prendre en compte notre responsabilité nécessite bel et bien de penser l’innovation autrement.

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2016/04/23/linnovation-se-fait-elle-au-detriment-de-la-maintenance/

Transformation digitale : prière de ne pas oublier les cols bleus

 

Transformation digitale : prière de ne pas oublier les cols bleus

«Le digital y a transformé les process, les opérations, la prise de décision et in fine le rôle et la mission des hommes de terrain». Par Bertrand Duperrin, expert Frenchweb.

Trop souvent dans l’entreprise la transformation digitale reste une affaire de cols blancs et cela à deux niveaux. Tout d’abord elle est pensée par des cols blancs et, ensuite, elle est faite à destination des cols blancs. Mon propos récent sur l’intranet et la digital workplace n’est en fait que l’illustration d’un problème beaucoup plus vaste.

La transformation digitale entre idées reçues et frilosité.

 

Read more at http://www.frenchweb.fr/transformation-digitale-priere-de-ne-pas-oublier-les-cols-bleus/238164#WxvKBRI23Ed2rZV4.99

Relations de travail BIT

“Remettre l entreprise au travail”

L’impact de la financiarisation de l’économie sur les entreprises et plus particulièrement sur les relations de travail – Synthèse

Par Olivier FAVEREAU, Professeur émérite de sciences économiques, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense & Collège des Bernardins

Du panorama étudié par M. Favereau se dégage une déconstruction « fractale » du néo-libéralisme, similaire aux trois niveaux, macro-économique, managérial, et anthropologique : l’économie réelle est gouvernée par la finance / l’entreprise est gouvernée par la société de capitaux / la personne est gouvernée par l’homo economicus.

Ce diagnostic suggère que le seul niveau d’intervention jouable dans un horizon raisonnable est le niveau intermédiaire de l’entreprise (en droit : de la société). On peut donc distinguer d’abord deux scénarios de sortie de la financiarisation, cette double marchandisation (finance , travail) : l’un par rejet frontal du pouvoir de la finance et reconsolidation et rénovation du Rapport Salarial Fordiste, l’autre par acceptation / dépassement / encadrement du système actuel. On peut aussi ne pas vouloir s’imposer un contenu a priori de l’avenir souhaité – et proposer une procédure d’imagination collective de l’inconnu désirable : ce troisième scénario consisterait à s’appuyer sur la généralisation en Europe du système germano-scandinave de co- détermination (représentation équilibrée des salariés et des actionnaires au conseil d’administration ou de surveillance des sociétés anonymes), pour en premier lieu, réinventer l’entreprise à partir du travail, en second lieu réinventer le politique à partir de l’entreprise. En effet, une entreprise ainsi re-légitimée par ce renouvellement de l’exigence démocratique pourrait mobiliser de plein droit sa capacité historique de création collective, au service d’objets sociaux et environnementaux d’intérêt général, du registre territorial le plus local à celui d’une planète, mise en péril par une économie sous domination financière.

En somme : remettre l’entreprise au travail.

http://www.ilo.ch/inst/publication/books-and-reports/WCMS_464701/lang–fr/index.htm

RSE BAROMÈTRE 2016

RSE BAROMÈTRE 2016 : LES GRANDES TENDANCES
Communiquer de façon positive, se différencier sur le marché ou innover… voilà les principales motivations des entreprises pour mettre en place et appliquer une démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises), selon le dernier baromètre Malakoff Mederic-ORSE. Celui-ci insiste aussi sur l’opportunité RSE que constitue la santé en entreprise. Revue de détails.

http://www.novethic.fr/isr-et-rse/actualite-de-la-rse/isr-rse/barometre-rse-2016-les-grandes-tendances-143873.html

Programme d’Investissements d’Avenir

PIA : le rapport du comité d’évaluation à mi-parcours pointe ses forces et ses faiblesses

Le comité d’experts indépendants constitué par France Stratégie considère qu’à mi-parcours, le Programme d’investissements d’avenir (PIA) a produit des effets positifs, à la fois quantitatifs et qualitatifs. Tout en pointant des “dérives”, il confirme l’utilité d’un PIA 3, à condition que certaines de ses recommandations soient suivies d’effets : arrêter toute opération de “substitution budgétaire”, concentrer les moyens sur les actions efficaces, recalibrer certaines initiatives, etc.

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270543838&cid=1250270541454&nl=1

Reporting intégré – Corporate Reporting Dialogue

Corporate Reporting Dialogue releases a Statement of Common Principles of Materiality

“The corporate reporting landscape is changing. For too long, reporting has been fragmented and disconnected from the strategic drivers of value. The Corporate Reporting Dialogue represents the coming together of organizations that have the combined power to shape the future corporate reporting landscape, creating a cohesive, meaningful and durable roadmap that builds business and investor confidence. It is a collaboration that will promote greater cohesion and efficiency, rebalancing reporting in favour of the reader, helping to re-establish the connection between a business and its principal stakeholders.”

Huguette Labelle
CHAIR, CORPORATE REPORTING DIALOGUE
Chair, Transparency International

http://corporatereportingdialogue.com

L’économie numérique

Les entreprises investissent peu dans les compétences numériques de leurs employés (France Steategie) 

Comment concilier, à terme, la construction d’un écosystème favorable au développement de l’économie numérique et la garantie des principes qui fondent la société française ?

En moins de dix ans, le numérique a révolutionné notre accès à l’information, transformé notre vie quotidienne et bousculé les positions acquises dans plusieurs secteurs économiques comme le transport et le tourisme.
Qu’en sera-t-il dans la décennie 2017-2027 ? Le mouvement de transformation va se poursuivre et atteindre une part croissante de la production des biens et de services, y compris les services publics, en exerçant son potentiel de simplification, d’optimisation et de transformation des organisations.
L’enjeu est considérable pour la société et l’économie françaises. Pour tirer tout le parti de la révolution numérique, pour en être les acteurs plutôt que de la subir, il ne faut pas l’attendre, il faut la provoquer.
http://francestrategie1727.fr/thematiques/tirer-parti-de-la-revolution-numerique/

Délais de paiement

Délais de paiement : un coûteux serpent de mer(Institut Montaigne)

Selon la dernière édition du rapport annuel de l’Observatoire des délais de paiement, publiée le 7 mars 2016, 32 % des entreprises françaises ne respectent pas les délais légaux de paiement. En conséquence, près de 16 milliards d’euros font défaut à la trésorerie des PME et 4 milliards à celle des ETI.

Ces chiffres confirment les résultats alarmants de l’étude publiée par Data Altares au mois de décembre 2015. La France est en effet l’un des champions européens des retards de paiement, avec une moyenne de 13,2 jours (14,7 jours chez les ETI et les grandes entreprises, 16,6 jours dans l’administration de l’État et 19 jours dans les grandes collectivités locales).

Outre les nombreuses faillites qui leur sont imputables, ces retards de paiement entravent considérablement l’activité des PME et contracte leur capacité d’investissement. La réduction des retards de paiement est donc l’un des enjeux clefs pour renforcer la trésorerie des PME, afin qu’elles se consolident et qu’elles se développent.

Délais de paiement : un coûteux serpent de mer – Des idées pour demain http://www.desideespourdemain.fr/index.php/post/2016/03/22/D%C3%A9lais-de-paiement-:-un-co%C3%BBteux-serpent-de-mer#.Vveka9v4irN.twitter